Le mystère JFK objet d'inspiration.

"Figure romantique" fauchée au sommet de sa gloire par un assassinat "entouré de mystères", JFK est une source d'inspiration inépuisable pour les romanciers, essayistes, cinéastes et documentaristes de tout poil... sans être pour autant un passeport assuré pour le succès.

Livres, films, séries télévisées, "la vie et la mort de John Fitzgerald Kennedy ont été racontées d'une myriade de façons et je m'attends à ce que cela continue pour les générations à venir. J'aurais juste aimé que Shakespeare soit vivant pour l'écrire comme il faut", déclare à l'AFP Shaye Areheart, spécialiste de l'édition à l'Université de Columbia à New York.

Dès le vivant de Kennedy, l'écrivain britannique J.J. Marric mettait son détective Gideon sur les traces d'un complot vivant à assassiner le président, prélude ironique au déferlement de livres écrits depuis sa mort en 1963.

"Le fait qu'il soit mort si jeune, des mains d'un assassin (...) en fait aussi une figure tragique et romantique", ajoute Mme Areheart. "Ces qualités ont toujours eu un attrait irrésistible pour les biographes et les lecteurs".

Très vite, le cinéma et la télévision se sont eux aussi emparés du "mythe" Kennedy, souvent en adaptant des livres.

Jeff Bock, expert du box-office chez Exhibitor Relations, remarque que "la vie de JFK a tous les éléments d'un formidable film hollywoodien: des enjeux importants, des intrigues, des infidélités et beaucoup de gens très beaux".

Mais si la relation de JFK avec sa femme Jackie ou sa liaison avec Marilyn Monroe sont l'objet d'une fascination permanente, c'est bien son assassinat qui stimule le plus les créateurs.

"Ce qui continue à générer l'intérêt, c'est que (l'assassinat) n'a jamais été vraiment élucidé", déclare à l'AFP Oliver Stone, dont le film "JFK" (1991), avec Kevin Costner, a apporté sa pierre aux théories du complot. "Par conséquent, toute personne intelligente doit se poser des questions, et cela a été fait sans relâche pendant 50 ans", dit-il.

Remettre en cause l'histoire officielle

Nelson McCormick, qui a réalisé pour la chaîne National Geographic le film "Killing Kennedy" (diffusion en France le 20 novembre), estime aussi que l'assassinat de Kennedy est "une affaire sur laquelle plus on enquête, plus on se pose de questions".

"Aussi longtemps que l'on voudra chercher de nouvelles pistes, il y aura des nouveaux livres, films, et documentaires", explique-t-il à l'AFP. "Cela me rappelle +Titanic+. On sait comment ça finit, mais on reste vissé à l'écran".

Encore faut-il trouver l'angle pour aborder le "mythe". M. McCormick s'est concentré sur la figure de l'assassin Lee Harvey Oswald. "C'était l'occasion d'humaniser le méchant, celui qu'on a qualifié de monstre. Même si son acte était abominable, il restait un fils, un mari, un père", dit-il.

Pour Oliver Stone, qui a remis Kennedy sur le métier dans sa série documentaire "L'histoire secrète des Etats-Unis", son film "JFK" avait clairement pour objectif de remettre en cause l'histoire officielle.

"On a décidé qu'Oswald était le coupable et on a créé les preuves pour étayer cette thèse", déclare-t-il, en assumant le caractère romancé du film. "C'était un film dramatique et non un documentaire. J'ai dû mélanger des personnages et des situations pour pouvoir tout dire en trois heures", observe-t-il.

Mais Kennedy, pour admiré qu'il soit, n'est pas forcément une promesse de succès. "Rien n'est gagné d'avance avec un livre ou un film. Avoir JFK pour sujet ne suffit pas", observe Richard Walter, professeur de cinéma à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Au cinéma par exemple, si "JFK" a été un succès avec 205 millions de dollars de recettes dans le monde, "Parkland", sorti début octobre, n'a récolté que 650.000 dollars au box-office nord-américain.

"Comme toujours à Los Angeles, tout tourne autour de la façon d'aborder l'histoire. Je ne pense pas que JFK soit générateur de succès en soi", remarque Jeff Bock.

Le prochain "gros coup" pourrait venir du maître du suspense Stephen King. Son livre "11-22-63" (date de la mort de JFK), publié en 2011 et qui décrit un voyage dans le temps pour essayer d'empêcher l'assassinat, a été acheté par Warner, qui voudrait en faire une série télévisée.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/11/2013