Avant - propos du livre

Cinquante années se sont écoulées depuis le meurtre du pré- sident John F. Kennedy. Or, bien que des millions de mots aient été écrits sur cette affaire, L’assassinat de JFK: affaire classée se propose de mettre en place, pour la première fois de l’histoire, les derniers morceaux du casse-tête. Des centaines d’ouvrages traitant de l’assassinat du président Kennedy ont été publiés au cours des cinq dernières décennies, et pourtant moins d’une vingtaine d’entre eux ont pris en compte la véritable marée de nouvelles preuves et informations qui ont émergé au cours des récentes années. La majorité de ces nouvelles révélations proviennent des 4,5 millions de pages, issues des dossiers de l’assassinat de JFK, qui furent rendues publiques dans les années 1990 dès l’entrée en vigueur du JFK Records Act, loi spéciale qui fut adoptée en 1992.

Plus rares encore sont les livres qui ont su présenter cette infor- mation avec clarté et concision, afin de la rendre accessible aux lec- teurs et lectrices qui ne connaissent pas la terminologie complexe et cabalistique liée aux recherches sur l’assassinat de JFK. Les quelques ouvrages qui se basaient sur une documentation crédible et exhaustive avaient le défaut de s’étirer en longueur. J’en sais quelque chose, puisque mes deux premiers livres sur l’assassinat de JFK, Ultimate Sacrifice et Legacy of Secrecy, comptaient chacun plus de neuf cents pages et arboraient un total combiné de près de quatre mille notes de référence – le genre de brique rébarbative que le lec- teur moyen a bien du mal à digérer !

De nouvelles révélations concernant l’affaire continuent d’émerger avec régularité, certaines provenant de dossiers gouver- nementaux ayant été rendus publics, et d’autres de témoignages d’individus qui ont participé à des opérations dont les dossiers

sont tenus jusqu’ici sous le sceau du secret. Par conséquent, des précisions et mises à jour sont parfois nécessaires. Ainsi, dans la première édition de mon livre Legacy of Secrecy, je levais le voile sur une opération secrète du FBI, l’opération CAMTEX, qui fut menée en 1985 et 1986 – c’est dans le cadre de cette opération, plus préci- sément le 15 décembre 1985, que le parrain de la Mafia Carlos Marcello avoua avoir ordonné le meurtre de JFK. La première édi- tion de Legacy of Secrecy fut publiée en 2008. Or, déjà l’année sui- vante, j’avais de nouvelles informations à ajouter à ce sujet dans l’édition de poche – j’y révélais notamment l’identité du principal informateur du FBI dans l’opération CAMTEX: son nom était Jack Van Laningham.

Les renseignements divulgués dans Legacy of Secrecy étaient tirés pour l’essentiel de dossiers non censurés du FBI que j’avais obtenus par l’entremise de personnes qui travaillaient au sein du gouvernement américain et qui avaient participé d’une manière ou d’une autre à CAMTEX. Depuis la parution de ce livre, j’ai eu la chance de m’entretenir avec Van Laningham et de l’interviewer des dizaines de fois. Ses observations ont clarifié certains aspects du meurtre de JFK que les dossiers officiels ne permettaient pas d’élu- cider, particulièrement en ce qui avait trait à l’implication de Marcello – ainsi qu’à celle de Lee Oswald et de Jack Ruby – dans l’affaire. Van Laningham était une source fiable du fait qu’il avait été le compagnon de cellule et confident de Marcello en 1985 et 1986. Néanmoins, j’ai jugé bon de confirmer ses dires par l’inter- médiaire de sources indépendantes. Bon nombre d’entre elles ont corroboré ses affirmations.

En plus d’étayer les faits les plus importants que l’on connaît déjà sur l’affaire, ces nouvelles données permettent enfin de jeter un regard définitif sur le mystère qui entoure l’assassinat de JFK.

Carlos Marcello, Jack Van Laningham et le meurtre de JFK seront les principaux sujets de Legacy of Secrecy, un film produit par et mettant en vedette Leonardo DiCaprio, avec Robert De Niro dans le rôle de Marcello. La version cinématographique ne peut bien sûr raconter qu’une portion des faits; le livre offre un compte rendu beaucoup plus détaillé de l’affaire et fournit par ailleurs toutes les sources et références sur lesquelles je me suis appuyé.

La crédibilité est un aspect à considérer quand vient le temps de jauger la validité de l’information et des ouvrages relatifs à l’as- sassinat de JFK. Si mes livres ont bénéficié d’une couverture média- tique plus importante que la plupart des autres ouvrages sur le sujet, c’est que j’ai toujours pris soin de présenter des informations rigoureusement documentées provenant de sources crédibles, et que j’ai l’habitude de consulter ensuite d’autres sources indépen- dantes pour corroborer ou infirmer ces informations. J’ai fait plu- sieurs apparitions sur la chaîne de nouvelles CNN, de même que dans des documentaires télé portant sur mes enquêtes qui étaient produits pour le canal Discovery par une division de NBC News, ainsi que par la télévision publique allemande. Ces organisations ont été en mesure de vérifier l’authenticité des dossiers gouverne- mentaux rendus accessibles au public et d’interviewer certaines de mes sources-clés. Aux États-Unis comme à l’étranger, on a fait état de mon travail dans des centaines de journaux, magazines, émis- sions de radio et de télévision. Dans les années 1990, j’ai aidé le Conseil de révision des dossiers reliés à l’assassinat de John F. Kennedy (JFK Assassination Records Review Board) à cibler les dossiers importants qui auraient dû être remis au Conseil ainsi que la loi l’exigeait, ce que certaines agences gouvernementales avaient omis de faire.

Les révélations les plus importantes que vous trouverez ici pro- viennent pour la plupart d’une vingtaine d’associés ayant travaillé en étroite collaboration avec John et Robert Kennedy. Ces indivi- dus ont été interviewés par moi et par mon collaborateur des pre- miers jours, le commentateur télé Thom Hartmann. Une fois ces gens interviewés, j’ai trouvé les dossiers qui étaient susceptibles d’authentifier leurs témoignages et fait en sorte qu’ils soient rendus publics. J’ai par ailleurs été aidé dans mes recherches par certains des meilleurs auteurs, historiens et ex-enquêteurs gouvernemen- taux qui se soient penchés sur l’assassinat de JFK; plusieurs d’entre eux sont cités dans ce livre, et j’ai pris soin de les mentionner tous à la section « Remerciements ».

Au cours des vingt-cinq dernières années, j’ai effectué des recherches exhaustives en me basant sur les travaux de ces spécia- listes ainsi que sur les constatations des cinq comités d’enquête gouvernementaux qui sont venus à la suite de la commission Warren. J’ai passé le plus clair de ce temps à travailler sur l’affaire. L’assassinat de JFK: affaire classée représente, en condensé, le point culminant de mes recherches.

À la demande de mes lecteurs et lectrices, j’ai doté le présent ouvrage d’une bibliographie annotée, afin qu’ils et elles puissent aisément se référer aux livres, articles et documents sur lesquels je me suis appuyé. La bibliographie propose aussi des livres traitant de certains aspects bien documentés de l’assassinat de JFK, de même que des sites Internet où l’on trouve des collections impor- tantes de documents originaux reliés à l’incident. Cette façon de faire représente une nette amélioration par rapport à mes livres pré- cédents, où l’information bibliographique était disséminée à tra- vers des milliers de notes de référence situées à la fin de l’ouvrage. Bien que L’assassinat de JFK: affaire classée ait fait l’objet d’une docu- mentation aussi exhaustive que mes livres précédents, j’ai décidé d’omettre la section des notes finales, principalement parce qu’il est maintenant plus pratique et facile de simplement lancer une recherche sur Google à partir d’une citation pour en trouver la source. Et comme je voulais écrire un livre moins volumineux que ses prédécesseurs, je me suis concentré uniquement sur les person- nages les plus importants de l’histoire – je citais dans mes ouvrages précédents des centaines de noms de fonctionnaires et représen- tants gouvernementaux, de témoins, de participants, de journa- listes et de sources diverses; j’en citais parfois plusieurs dizaines dans un même chapitre! Ceux d’entre vous qui désireront obtenir davantage d’information à propos d’un des protagonistes ou sujets dont il est question dans ce livre pourront se référer aux éditions de poche révisées et mises à jour d’Ultimate Sacrifice (2006) et de Legacy of Secrecy (2009), ou à l’édition 2013 de Watergate: The Hidden History, dans lequel je consacre près de deux cents pages à l’assassinat de JFK.

Lorsque j’ai amorcé mes recherches en 1988, j’ai abordé l’affaire sans idées préconçues et sans tirer de conclusions hâtives, en regar- dant simplement les preuves amassées contre les individus et orga- nisations que certains considéraient comme suspects. Je me suis concentré d’entrée de jeu sur des sources, des renseignements et de la documentation crédibles, confirmés par une corroboration indé- pendante qui n’a pas été démentie depuis. Cela m’a permis de découvrir des faits qui n’avaient jamais été exposés auparavant, puis de dresser un portrait cohérent de ce qui était réellement arrivé au président Kennedy. Le résultat final de ces recherches, vous l’avez entre les mains.

Depuis 1966, des dizaines d’ouvrages richement documentés, issus d’une recherche rigoureuse, ont discrédité les conclusions et le processus même de la commission Warren, en se basant bien souvent sur les preuves qui furent déposées durant les audiences ainsi que sur des renseignements qui n’avaient pas été divulgués.

J’ai dressé la liste des meilleurs d’entre eux dans la bibliographie annotée. Parmi les plus récents, on trouve Breach of Trust (2005) de Gerald D. McKnight, un historien respecté, et A Cruel and Shocking Act, un livre sur la commission Warren publié en 2013 par un vété- ran du New York Times, le journaliste Philip Shenon. Au chapitre 2 du présent ouvrage, certaines des erreurs les plus grossières de la commission Warren seront mises au jour. Notez cependant que ce n’est pas le sujet principal de ce livre: L’assassinat de JFK: affaire clas- sée se concentre essentiellement sur les événements qui ont mené au meurtre de John F. Kennedy, le but étant ici de relater ces événe- ments de manière aussi simple et concise que possible.

Nous commencerons d’abord par donner un bref aperçu des preuves écrasantes – et fort nombreuses – qui laissaient entendre que le meurtre de JFK découlait d’un complot. Nous ferons ensuite état de la conclusion tirée par la commission Warren en 1964 (conclusion que de nombreux auteurs tels Bill O’Reilly, Vincent Bugliosi, Gerald Posner et Stephen King ont embrassée) et démon- trerons en quoi elle est erronée. Nous présenterons également des faits nouveaux et solidement documentés qui permettront au lec- teur de voir l’assassin présumé du président Kennedy, Lee Oswald, sous un tout autre jour.

Après avoir révélé de nouvelles informations au sujet de l’opé- ration CAMTEX et de Carlos Marcello, nous ferons le récit chrono- logique de l’ascension de Marcello dans le monde interlope. Nous expliquerons pourquoi celui-ci fut ciblé plus spécifiquement par John et Robert Kennedy, et comment ses associés criminels et lui en sont arrivés à être impliqués, à l’insu des Kennedy, dans les opé- rations de la CIA contre Fidel Castro.

L’assassinat de JFK: affaire classée dévoilera également, dans une démonstration point par point, que JFK a été assassiné d’une manière qui a obligé plusieurs hauts dirigeants du gouvernement américain, dont le procureur général Robert Kennedy, à cacher au public, à la presse et à la commission Warren des informations absolument cruciales, cela afin d’éviter, un an à peine après la crise des missiles de Cuba, une confrontation potentiellement désas- treuse avec l’Union soviétique. De plus, nous révélerons l’identité des trois agents de la CIA qui furent impliqués dans le meurtre de JFK – deux d’entre eux ont avoué la chose juste avant de mourir. Ce livre renferme aussi de nouveaux renseignements fournis par Carlos Marcello au sujet de Lee Oswald, de Jack Ruby et des tueurs à gages de la Mafia qui se trouvaient à Dealey Plaza au moment où JFK fut assassiné.

Nous explorerons ensuite l’histoire cachée des événements qui ont succédé au meurtre de JFK, y compris le fait que la vérité a failli éclater au grand jour à plusieurs occasions. Il sera question dans cette section des enquêtes secrètes qui ont été menées par la CIA, par les services de renseignement de la marine américaine, et par Robert Kennedy lui-même. Nous verrons pourquoi les associés de ce dernier ont plaidé avec tant d’insistance en faveur de la création de la commission Warren, et pourquoi celle-ci s’est essentiellement bornée à soutenir la conclusion hâtive qui avait été présentée au public quelques heures à peine après le meurtre de JFK. C’est alors que nous relaterons l’histoire tragique d’Abraham Bolden, que le président Kennedy avait lui-même choisi pour faire partie de sa garde personnelle – il fut le premier agent noir des services secrets américains à se voir accorder cet honneur. Victime d’un coup monté orchestré par la Mafia, Bolden fut arrêté alors qu’il était sur le point de dévoiler à la commission Warren qu’il y avait eu deux autres tentatives d’assassinat visant JFK, l’une à Tampa et l’autre à Chicago. Nous parlerons aussi des cinq comités d’enquête qui furent consti- tués après la commission Warren. Ces comités qui avaient à leur disposition davantage d’information que cette dernière ont amené le Congrès américain à conclure en 1979 que le meurtre de JFK s’inscrivait probablement dans un complot que Carlos Marcello avait « le mobile, les moyens et l’opportunité » de mener à bien.

Ce livre racontera également ce qui s’est passé après la confes- sion de Marcello, révélant en des mots tirés directement d’enregis- trements audio réalisés en secret par le FBI des détails étonnants concernant le meurtre de JFK. Nous verrons pourquoi le « JFK Act » de 1992, loi qui fut adoptée à l’unanimité par le Congrès améri- cain, a exigé que le FBI rende accessibles ces enregistrements et leurs transcriptions, et nous énumérerons les raisons pour les- quelles la CIA et les services de renseignement de la marine devraient rendre publics tous les dossiers restants qui sont relatifs au meurtre de JFK – selon le réseau de nouvelles NBC News, ces agences détiendraient des «millions» de pages de documents qui sont encore tenus secrets. (Les documents les plus importants à avoir été rendus publics récemment apparaissent à la section «Documents officiels du gouvernement américain», certains étant publiés pour la première fois.) Basé sur des entrevues réalisées auprès des proches associés des Kennedy et sur des témoignages de première main, L’assassinat de JFK : affaire classée vous révélera ce qui se cache dans ces dossiers secrets.

Au fil des chapitres, nous ferons la lumière sur des mythes parmi les plus persistants à propos du meurtre de JFK. Certains de ces mythes continuent d’être véhiculés sur Internet plusieurs années après que leur fausseté eut été démontrée. Nous identifie- rons les individus impliqués dans l’assassinat de JFK, ainsi que ceux dont l’implication demeure nébuleuse et ne pourra être prou- vée que lorsque la CIA, le FBI et les services de renseignement de la marine rendront publics le reste de leurs dossiers secrets.

Il est important que les dossiers portant sur l’assassinat de JFK soient rendus accessibles au public, si ce n’est que pour faire avan- cer les relations entre les États-Unis et Cuba. L’embargo qui fut décrété du temps du meurtre de John F. Kennedy perdure aujourd’hui en partie parce que certaines des têtes dirigeantes du gouvernement américain, notamment le président Lyndon Johnson et le directeur de la CIA John McCone – et tous ceux qui partici- pèrent aux opérations contre Cuba en 1963 et accédèrent par la suite aux hautes sphères du gouvernement (Alexander Haig, par exemple, qui sera secrétaire d’État sous Ronald Reagan) –, accor- daient crédit aux rapports fragmentaires dans lesquels la CIA affir- mait que l’attentat contre JFK était l’œuvre de Fidel Castro. Auteurs et historiens ont démontré depuis que Castro n’avait rien à voir là- dedans et que les rapports qui prétendaient qu’il avait tué Kennedy avaient été concoctés par des parrains de la Mafia et leurs com- plices au sein de la CIA – certains de ces individus avouèrent par la suite leur rôle dans la mort de JFK. Une fois la supercherie démas- quée, nous pourrons jeter bas l’un des derniers obstacles qui sub- sistent entre Cuba et l’Amérique, et enfin mettre un terme à cette guerre froide qui oppose nos deux nations depuis un demi-siècle.

AVANT-PROPOS • 

 

Jack Van Laningham

Jfk

Entrevues

Les entrevues citées dans le livre ont été réalisées auprès d'une cinquantaine d'individus au cours des 23 dernières années ; elles débutent avec l'entrevue que j'ai faite en 1990 avec Dean Rusk , secrétaire d'Etat sous JFK et se poursuivent jusqu'en 2013. 

 

 

DiCaprio et De Niro dans un film sur l'assassinat de Kennedy

Adaptation du livre Legacy of Secrecy, qui dévoilait en 2009 une série de documents déclassifiés du FBI concernant l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Où l'on apprend l'opération secrète menée par le FBI, qui infiltra un certain Jack Von Laningham auprès de Carlos Marcello, parrain de la mafia qui lui aurait confié avoir commandité le meurtre.

17 ans après "Simples secrets", Leonardo DiCaprio et Robert De Niro devraient à nouveau se donner la réplique dans "Legacy of Secrecy", un film de David O. Russell sur l'assassinat du Président John Fitzgerald Kennedy en 1963.

A deux reprises (Blessures secrètes et Simples secrets), ils se sont donné la réplique et à deux autres (Gangs of New York et Les Infiltrés), ils se sont ratés. Le film qui pourrait aujourd"hui marquer les retrouvailles de Leonardo DiCaprioet Robert De Niro serait une adaptation du livre Legacy of Secrecy, qui dévoilait en 2009 une série de documents déclassifiés du FBI concernant l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Où l'on apprenait l'opération secrète menée par la police fédérale, au cours de laquelle un agent infiltré, Jack Von Laningham, était chargé d'entrer en contact avec le dénommé Carlos Marcello, parrain de la mafia possible commanditaire du meurtre. A la réalisation, on pourrait retrouver non pas Martin Scorsese mais David O. Russell qui a déjà fait tourner le grand Bob dans Happiness Therapy et American Hustle.

20568878

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 31/10/2014