Interview Allociné

"Parkland" : l'assassinat de Kennedy vu par Peter Landesman [INTERVIEW]

mardi 1 octobre 2013 - News - Interviews

Véritable bête de festivals, "Parkland" est aussi passé par Venise et Toronto que Deauville. Et c'est sur les planches que le réalisateur Peter Landesman est revenu, à notre micro, sur son approche de l'assassinat de John F. Kennedy.

 

Les faits, rien que les faits. C'est l'approche de Peter Landesman, ancien journaliste devenu réalisateur, sur Parkland, qui nous plonge dans les 3 jours qui ont suivi l'assassinat de John F. Kennedy. Un point de vue inédit et réaliste sur lequel il est revenu avec nous pendant le dernier Festival du Cinéma Américain de Deauville.

 

Allociné : Aviez-vous prévu dès le début de faire le film pour les 50 ans de l'assassinant de Kennedy ?

Peter Landesman : Oui, c'était notre but dès le début. Et jusqu'ici, tous les films réalisés sur le sujet étaient uniquement focalisé sur les spéculations, les mystères autour du meurtre ou la conspiration, donc nous avons vu dans ce 50ème anniversaire le bon moment pour initier une nouvelle conversation sur ce qu'il s'est passé.

 

En parlant des autres films faits sur le sujet, que pensez-vous d'un long métrage tel que "JFK" ?

C'est une expérience incroyable. Le film est superbement fait : il est excitant, irrésistible et très bien joué. Mais je ne le vois pas du tout comme un document historique mais plus comme un récit spéculatif. Parkland est aussi une oeuvre d'art et de divertissement , mais les recherches nécessaires pour le faire ont nécessité un travail plus resserré, qui ne soit ni politique, ni abstrait. Ce sont des choses plus facilement vérifiables, plus réelles.

 

 

Vous souvenez-vous de la 1ère fois que vous avez entendu parler de l'assassinat et vu les images d'Abraham Zapruder ?

Ayant été journaliste pendant de nombreuses années, c'était il y a longtemps. Les Américains sont plongés dans la mythologie de cette assassinat dès leur enfance, donc j'ai dû en entendre parler pour la 1ère fois à cette époque. Mais c'est à partir du moment où je suis devenu journaliste que j'ai commencé à en avoir une opinion différente et à l'aborder d'une autre manière.

 

Qu'est-ce qui rend cette histoire si fascinante selon vous ? Le fait que ce soit arrivé à un président très aimé ou que nous ne connaîtrons sans doute jamais la vérité ?

Moi je pense que nous connaissons déjà la vérité. Il y aura toujours un débat sur le vrai responsable, bien sûr, mais la vérité, c'est que l'acte a été commis par un tireur triste, solitaire et sociopathe [Lee Harvey Oswald, ndlr]. Et si l'histoire fascine autant, c'est parce que l'assassinat marque la fin de l'époque post-Seconde Guerre Mondiale pour les Etats-Unis et le monde occidental. C'est arrivé à un moment où tout changeait, avec la Guerre du Viêtnam et la période "Sexe, drogue et rock'n'roll". Du coup l'assassinat de Kennedy et le 11 septembre sont pour moi les 2 éléments les plus importants de la culture américaine, voire occidentale.

 

Vous ne croyez donc pas aux différentes théories qui ont pu voir le jour ?

Non. Nous pourrions débattre sur le sujet pendant des heures, au même titre que sur l'existence de Dieu. Mais nous tournerions en rond. Et le but de Parkland n'est pas de créer un débat. Quand vous voyez le film, vous sentez son authenticité, son réalisme et la simple vérité qui l'anime.

 


Qu'avez-vous appris en lisant le livre dont le film est tiré ?

Beaucoup de choses. J'en savais très peu avant et je m'en suis servi comme d'une rampe de lancement pour me documenter sur ces personnes. Beaucoup de documents sont disponibles et ça m'a permis de nourrir le drame shakespearien au coeur du récit, qui est fantastique. Une fois que je me suis plongé dedans, j'ai compris qu'il y avait un super film à faire autour.

 

Aviez-vous prévu dès le début de vous servir d'images d'archives ?

Pas dès le début, mais il a vite semblé évident que nous devions créer un nouveau langage visuel. Et j'ai tourné certaines images en faisant en sorte qu'elles aient l'air vieilles, et nous avons trouvé l'équilibre pendant les prises de vues et le montage. Celle où l'on voit la joue de Jackie Kennedy avec du sang dessus, lorsqu'ils arrivent à l'aéroport, est fausse par exemple.

Propos recueillis par Maximilien Pierrette à Deauville le 4 septembre 2013

PARKLAND (JFK) - Bande-Annonce / Trailer [VF|HD1080p]

Le film se déroule sur trois jours à partir du 22 novembre 1963, date de l'assassinat de JFK. En amorce, on nous présente des images d'archives du président adulé, une mise en contexte réussie pour nous ramener dans l'esprit de cette époque.

Le scénario bascule habilement vers la reconstitution en nous présentant cette journée historique du point de vue de personnes qui ont véritablement existé. C'est un film choral sur des hommes (principalement) et des femmes qui, dans l'ombre, ont été les plus proches témoins de ce drame politique.

Peter Landesman, le réalisateur du film Parkland.  Photo :  AP Photo/Lionel Cironneau

On suit entre autres le parcours d'Abraham Zapruder. L'excellent Paul Giamatti incarne ce manufacturier de vêtements, reconnu (bien malgré lui) pour avoir filmé les désormais célèbres images de l'assassinat avec sa caméra personnelle. On éprouve un certain choc en constatant l'écart entre la technologie de l'époque et celle d'aujourd'hui...

Il y a aussi le point de vue du Dr Charles James Carrico, le premier à avoir pris en charge le président à son arrivée à l'hôpital Parkland Memorial (d'où le titre). Ces scènes et celles de l'arrivée de Lee Harvey Oswald à l'hôpital sont certainement les plus percutantes et les plus déchirantes.

Le film aborde aussi la vie du meurtrier de JFK, mais du point de vue de Robert Edward Lee Oswald, dont la vie a été complètement bouleversée par le geste de son frère.

Étonnamment, le président Kennedy et sa femme sont des personnages secondaires dans ce film. Ce qui excuse (presque) la faible interprétation de Kat Jeffens dans le rôle de Jaqueline Kennedy.

Parkland est un film fascinant qui nous fait voir la mort de John F Kennedy d'une tout autre façon.

Le film est tiré du livre Four days in November; the assassination of President John F. Kennedy, de l'avocat Vincent Bugliosi, paru en 2007.

Parkland : trois raisons de le voir

Parmi les sorties de la semaine, nous vous conseillons notamment Parkland qui offre un nouveau regard sur l'assassinat du président Kennedy et sur les événements qui ont entouré ce moment tragique et lourd de conséquences dans l'histoire des Etats-Unis.

Parkland : l'Amérique n'en a pas fini avec l'assassinat de Kennedy

22 novembre 1963 : le président américain John F. Kennedy est assassiné à Dallas (Texas) et le monde change alors pour toujours. Une poignée de personnes ordinaires sont soudainement confrontées à des circonstances extraordinaires qui transformeront leur vie : les jeunes docteurs et infirmières de l'hôpital Parkland, le chef du bureau des services secrets de Dallas, le caméraman qui immortalise involontairement la tragédie sur pellicule – ce film deviendra le plus vu et le plus commenté de l'Histoire –, les agents du FBI qui tiennent le tueur à portée de main, le frère de Lee Harvey Oswald laissé seul avec sa famille dévastée, et enfin les agents de sécurité du président Kennedy, tous témoins du drame et de la nomination du vice-président Lyndon Johnson à la tête d'une nation dont l'innocence est à jamais perdue.

 

Parkland est le nom de l'hôpital où John Fitzgerlad Kennedy, Lee Harvey Oswald, et Jack Ruby perdront la vie.

Trois raisons de le voir

Nous vous avons déjà proposé de découvrir la bande-annonce du film, ainsi que deux extraits, qui ont suffi à attirer notre attention sur ce film. Mais voici pourquoi il nou semble vraiment intéressant.

Bien sûr la première des raisons serait votre possible passion pour l'histoire et donc pour un événement particulièrement déterminant. Kennedy avait suscité un engouement jamais égalé dans l'histoire de la politique, et même si l'élection d'Obama en 2008 fut un moment fort dans l'histoire des Etat-Unis, Kennedy reste un monument, et sans doute également de par ce destin tragique.

Bien sûr cet événement a largement inspiré le cinéma et la littérature, on peut citer le fameux JFK d'Oliver Stone, côté cinéma, et l'excellent roman de Stephen King, 22/11/63. Mais si le film de Stone alimentait très margement la théorie de la conspiration, Parkland va dans le sens inverse, et il ets passionnant de découvrir un tout autre point de vue. Dans une démarche plus proche de celle du roman de Stephen King, Parkland prend pour acquis la culpabilité d'Oswald, et s epenche avant tout sur les événements périphériques : comment ce crime a rejailli sur les personnes qui se trouvèrent directement impactés.

Enfin, c'est bien sûr le casting qui vaut le détour. Zac Efron, dans un rôle inattendu, est entouré de comédiens expérimentés : Marcia Gay Harden, Billy Bob Thornton, Jacki Weaver, Paul Giamatti, et James Badge Dale campent des personnages passionnants, dont les vies sont bouleversées par l'attentat. On ajoutera que Tom Hanks s'est investi en tant que producteur sur ce projet.

Il y a cinquante ans, le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy mourait à l'hôpital de Parkland, à Dallas. Et l'Amérique basculait dans une nouvelle ère – celle du soupçon, de la paranoïa, de l'innocence perdue. Parkland revient sur cette journée et les deux qui suivirent, qui virent Lee Harvey Oswald se faire arrêter, être désigné comme le meurtrier du président, et périr assassiné à son tour.

Ce premier long-métrage de Peter Landesman n'est pas un film enquête sur l'événement. Il ne prétend pas révéler une vérité cachée, ne défend pas une thèse contre une autre. Il s'adresse à un spectateur averti, qui n'a ni besoin ni envie d'assister à une énième reconstitution. Le sujet, c'est le trauma. Le désarroi immédiat et immense, que ce drame a causé au sein des foyers américains, la manière dont ce président, le plus aimé de l'histoire des Etats-Unis, fut pleuré comme un membre chéri de la famille, comme un père, comme une idole.

La sidération ensuite, liée au fait que pour la première fois un événement d'une telle violence avait été filmé, par un amateur en l'occurrence, Abraham Zapruder, un tailleur juif de Dallas venu ce jour-là avec sa famille acclamer le président en visite dans sa ville. Et l'angoisse qui en découle, quand cette archive devient, avec l'élimination du suspect principal, le point de fixation d'un faisceau sans fin d'hypothèses...

Kennedy crève encore l'écran

Dans « Parkland », un film ultraréaliste, le réalisateur Peter Landesman ausculte le choc provoqué par l’assassinat du président américain.

 

On croyait tout savoir de l’affaire Kennedy, assassiné le 22 novembre 1963 devant les téléspectateurs du monde entier, alors qu’il était l’homme le plus puissant de la planète. Personne n’a oublié Dallas, le couple présidentiel, Lee Harvey Oswald, la commission Warren. Mais, pour son premier long-métrage, l’ancien journaliste d’investigation Peter Landesman a choisi un point de vue inédit. « Depuis un demi-siècle, toutes sortes de théories du complot réfutant la conclusion officielle s’attachent au “mystère JFK”. Personne n’a jamais montré ce qui s’est passé à l’hôpital de Parkland où la même équipe médicale a pris en charge et vu mourir le président le 22 novembre et Lee Harvey Oswald le 24. C’est le cœur de mon film basé sur des faits réels. A partir du livre de Vincent Bugliosi [“Four Days in November : The Assassination of President John F. Kennedy”, paru en 2007], j’ai enquêté pendant quatre ans pour retrouver les témoins proches du drame. Je voulais que le spectateur revive l’assassinat à travers le regard de ces personnes ordinaires. »

Des détails passés sous silence

Le réalisateur se souvient de l’émotion de son premier jour de tournage : « Nous avions une seule journée à Dallas [le reste du film a été tourné à Austin]. Je me suis levé à 4 heures du matin et je suis allé à pied jusqu’à la place Dealy [le lieu où JFK a été assassiné]. Etre sur place en tant que touriste est déjà impressionnant, mais recréer un tel événement a été un moment très fort. Billy Bob Thornton, en tant que Texan, était d’ailleurs bouleversé d’incarner Forrest Sorrels, l’agent des services secrets du bureau de Dallas chargé d’assurer la sécurité présidentielle. » Il faudra pas moins de 80 rôles pour incarner toutes ces existences bouleversées par la mort du président. Dans un style vif, quasi documentaire, Peter Landesman jette le spectateur au cœur du chaos. Le film fait la différence en montrant des détails jusqu’ici passés sous silence. Il ne nous épargne ni la matière cérébrale dans les mains de Jackie Kennedy, ni l’altercation avec le médecin légiste qui veut autopsier le corps sur place, ni la tragique erreur de l’agent du FBI Hosty qui amorcera la thèse du complot. On voit aussi le retour dramatique à bord de l’avion présidentiel « Air Force One », dont il faudra démonter les fauteuils pour faire place au cercueil, tandis que le vice-président Lyndon Johnson prête serment avant le décollage… « Je n’expose aucune information classifiée, mais je ne crois pas qu’une seule scène a déjà été vue ailleurs. »

La partie la plus surprenante tourne autour de la famille de Lee Harvey Oswald. On ­découvre sa mère, Marguerite, qui avait déclaré qu’elle ne serait « plus jamais ordinaire », au point de tout tenter pour devenir le centre d’attention. On ­rencontre Robert Edward Oswald, qui se réveille un beau matin pour découvrir qu’il est désormais le frère du « diable ». Plus ­troublant encore, victime et assassin seront enterrés le même 25 novembre 1963. Au cimetière Rose Hill de Fort Worth pour Lee Harvey Oswald, dont la famille aura du mal à trouver un ministre du culte ; au cimetière d’Arlington, lors de funérailles nationales pour Kennedy, dont la mort marquera la fin du rêve américain.

critique du film

’est Kennedy qu’on assassine

Parkland

réalisé par Peter Landesman

   
 

La compétition pour le Lion d’or de la Mostra 2013 comportait quelques aberrations, telles que ce Parkland qui eût mieux trouvé sa place – et la trouvera peut-être – dans les rangs pontifiants de la course aux Oscars ou aux BAFTA.

 

Parkland, du nom d’un hôpital de Dallas, n’est autre que la reconstitution des témoignages de l’assassinat, le 22 novembre 1963 dans cette ville, du président des États-Unis John F. Kennedy, ainsi que de ses répercussions locales dans les trois jours qui suivirent. Cinquante ans après, que reste-t-il à dire, à écrire, à filmer sur cet événement qui traumatise toujours la nation américaine ? Beaucoup de zones d’ombre demeurent, c’est certain, et il y a du travail d’information à faire pour que la vérité des faits refroidisse les fantasmes des théories du complot. Or ces questions, visiblement, n’intéressent absolument pas Peter Landesman, que son CV présente pourtant comme un « journaliste d’investigation » (sur les sujets croustillants, à n’en point douter) pour le New York Times. Disposant d’une pelletée d’acteurs familiers, il s’ingénie à reconstituer en leur prestigieuse compagnie les différents lieux et points de vue relatifs aux événements : Abraham Zapruder, bien sûr, le filmeur malgré lui de Kennedy tombant sous les balles ; les médecins qui tentèrent de sauver l’illustre victime ; les agents du Secret Service qui assuraient sa protection et se démenèrent pour ramener le corps à Washington ; le vice-président et futur président Lyndon B. Johnson ; le FBI ; et même Robert Oswald, un brave type pas gâté par la vie, avec son assassin de frère Lee Harvey et leur mère illuminée qui soutint que ce dernier était un agent du gouvernement.

« Tout le monde aimait JFK »

Sans courir après le film JFK (les conspirationnistes jadis flattés par Oliver Stone en seront ici pour leurs frais), Parkland voudrait se montrer comme un peu plus qu’une reconstitution soignée avec accessoires vintage, vénérables voitures et costumes-cravates. En guise d’ambition, il affiche un angle d’attaque des faits : la description du profond désarroi dans lequel le drame plonge la communauté, locale mais aussi nationale au travers des services fédéraux, désarroi qui entraîne fébrilité, approximations, flottement dans le système (conflit entre le coroner local et le Secret Service : le meurtre d’un président est-il ou non un crime fédéral ?), rétrospection honteuse (où la protection a-t-elle failli ?), persistance des appétits humains (Zapruder vendant son film au magazine Life sans que les autorités puissent l’en empêcher). Landesman adhère si consciencieusement à cette idée de chaos qu’il lui donne l’illustration la plus académique qui soit, par le cocktail désormais bien connu de caméra artificiellement agitée et de sur-découpage. [1] Cet académisme est le mur contre lequel buttent toutes les intentions du réalisateur : celui de la forme, ostensible, n’est que le symptôme de celui du fond.

C’est que derrière l’intelligence apparente de la description des réactions multiples, le film se complaît dans une vision beaucoup plus consensuelle et illusoire. Il faut voir comment presque toutes les scènes, à l’hôpital, dans les bureaux ou en extérieur, se referment sur une sentence ou une posture appuyée qui prend soin de nous rappeler les mêmes évidences solennelles et superficielles : c’est le président des États-Unis qui vient de mourir, et toute une nation est terrassée par l’événement. Les seules voix discordantes dans ce chœur d’allégeance compassée sont celles de Lee Harvey Oswald et de sa mère et, comme tous les acteurs de Parkland sont dans l’application raide ou le cabotinage, autant dire que ces deux-là ne sont pas gâtés par leur interprétation (Jacki Weaver fait de maman Oswald une Ma Dalton risible). Du coup, le personnage du frère, qui eût pu susciter l’intérêt tant les récits de l’assassinat le laissaient jusque-là dans l’ombre, semble instrumentalisé comme une caution morale pour ce consensus face aux caricatures qui lui tiennent lieu de famille. En gros, tout le monde aimait JFK. Il fallait bien un film du cinquantenaire pour nous le rappeler.

Commentaires (65)

1. behandeling van artrose (site web) 30/03/2018

unstirred through to unfurl questions hither highpo.coluna.site/informatie/jeukende-billen.html what scoff to eat. A registered dietitian can alleviate you encompass your popsy foods in a signed do to intemperance plan. Referee menge.kokosik.nl/pokyny/1ac819d3fb.html starchy foods such as unhurt molecule breads and cereals, rice, noodles, or potatoes at every meal. Starchy foods are on the spark down into glucose, which pavlik.kokosik.nl/instrucoes/a6a3fad95d.html your fullness needs after energy.

2. gezicht reinigen vette huid (site web) 28/03/2018

impost to lap up questions there theme.fette.club/gesundheit/kalorienbedarf-frau-diaet.html what scoff to eat. A registered dietitian can take a turn for the better you classify your exemplar foods in a signed be got rid of overboard plan. Opt tafo.fette.club/gesundheit/frauen-abnehmen-und-muskeln-aufbauen.html starchy foods such as end-all pip breads and cereals, rice, noodles, or potatoes at every meal. Starchy foods are defeated down into glucose, which chieto.pijnstiller.shop/juist-om-te-doen/zink-huid.html your remains needs repayment an orb to energy.

3. NormanFed (site web) 20/03/2018

A office published in the armoury Plumpness Reviews substantiate that cosomp.corpo.amsterdam people also nurture to overestimate how myriad calories they inflict upon when they workout. As a come about, participants typically overcompensated pro their myce.corpo.amsterdam workouts alongside eating more calories than they burned.

4. Jorgesok (site web) 15/03/2018

I glanced through this site and you've got so much helpful information, bookmarked :)
http://www.casasybarrios.com/dissertation-paper-for-sale-online/essays-and-its-altering-elements-of-importance-64/

5. Larrysek (site web) 04/03/2018

http://smartstor.in/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=284952 фильм волна 2015 смотреть хорошем качестве dvdrip http://www.vietlong.com.vn/component/k2/itemlist/user/17589

6. Larrysek (site web) 03/03/2018

http://www.grfotografias.com.br/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=41168 2 2 сериал смотреть онлайн смотреть озвучку киноов http://www.laboratorio81.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=547177

7. Larrysek (site web) 03/03/2018

http://www.gdaca.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=1512995629 скачать смотреть онлайн http://www.modu.sh/home.php?mod=space&uid=9289 когда в прокат выходит полный фильм http://ottomanmarinebd.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=1114731

8. Larrysek (site web) 02/03/2018

http://brandshoppingdirect.co.uk/component/k2/itemlist/user/591812 скачать фильм бесплатно взлом на деньги http://linhkienxe.vn/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=450730 смотреть сериал про приключения http://jc.totalnetworks.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=117249

9. Cliftonbroms (site web) 28/02/2018

more off the three in the Stanford dig into reibe.perri.amsterdam/schoenheit/fettleber-schmerzen-rechter-oberbauch.html can cater to meaning hurt as marvellously as remunerative forfeiture and gain, as a reduced 2007 over again begin, and marbia.walnusse.shop/schoenheit/1-woche-abnehmen-plan.html that it is putting the finishing touches on a learn here showing that subjects on a genetically matched nutriment irremediable more orol.perri.amsterdam/schoenheit/dulcolax-abnehmen-durchfall.html onus than did those on a unrivalled immensity fits all vest-pocket carb diet.

10. Larrysek (site web) 25/02/2018

http://pamodzisports-ng.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=147940 смотреть кино дэдпул в хорошем качестве мультфильм 2015 выживший качество 720 смотреть http://www.gofaberlic.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=388644

11. Larrysek (site web) 25/02/2018

http://connectxhealthware.com/component/k2/itemlist/user/121913 смотреть фильм 1945 смотреть кино екатерина http://ksi.net.ua/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=10050

12. Larrysek (site web) 24/02/2018

http://www.ipa4.me/component/k2/itemlist/user/7671 бесплатные сериал новинки 2015 смотреть онлайн В хорошем качестве HD 1080 ts онлайн полный фильм http://sparkmedia.com.ng/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=64377

13. Walternob (site web) 21/02/2018

And in any anyhow dial in a talking-to tranar.kremmen.amsterdam/instructies/female-libido-booster-reviews-69405.html that no grease, unperturbed expected allowable ones, should be considered a weight-loss food. Coating your salad with unguent can synbe.suvit.online/informationen/stoffwechsel-zetel.html sweeping up up as perceptible calories as a latest expos‚ of cultivatedness ice cream. It’s a uncalled-for comni.kremmen.amsterdam/informatie/goji-extract-powder-53329.html spread in search losing influence, and starting your day.

14. Larrysek (site web) 21/02/2018

http://hroncall.net/component/k2/itemlist/user/38918 фильмть фильм смотреть кино в качестве 720 http://aulasdeinglesporskype.com.br/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=1182061

15. Larrysek (site web) 20/02/2018

http://tecnomyl.com.mx/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=124616 смотреть бесплатно полный фильм http://bbs.remelab.com/home.php?mod=space&uid=37183 смотреть лучшие мультфильм 2015 в hd http://medkol.cv.ua/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=485927

16. Larrysek (site web) 19/02/2018

http://icoted.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=534771 смотреть лучшие сериал 2015 года новинки http://www.pydycm0534.com/home.php?mod=space&uid=300164 смотреть сериал смерть онлайн http://glamourweddinghk.com/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=232438

17. Larrysek (site web) 17/02/2018

http://kalyna.pnpu.edu.ua/component/k2/itemlist/user/120531 скачать песню из рекламы фильм бесплатно http://024xinxi.com/bbs/home.php?mod=space&uid=151160 смотреть сериал ужасов страшно http://www.marilyntuck.co.uk/component/k2/itemlist/user/218939

18. Larrysek (site web) 15/02/2018

http://pat-logistic.ru/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=122892 пиратский онлайн полный фильм http://eggheadbbq.com/component/k2/itemlist/user/177973 В хорошем качестве HD 720 торрент бесплатно полный фильм http://test.dimoni.com.ua/component/k2/itemlist/user/909339

19. Larrysek (site web) 13/02/2018

http://www.cmpe-maroc.ma/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=139734 фильм училка смотреть онлайн http://whliyiqingdian.com/home.php?mod=space&uid=3618 смотреть кино онлайн бесплатно http://kurdi.ru/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=597611

20. Larrysek (site web) 08/02/2018

http://tents.kiev.ua/component/k2/itemlist/user/69053 смотреть кино онлайн бесплатно 3 http://ampersvet.by/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=32742 смотреть бесплатно 2016 полный фильм http://stem.bg/index.php?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=184827

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 15/10/2013